6 questions auxquelles chaque plan d’affaires devrait répondre

Quel est l’avantage concurrentiel ?

Je recherche toujours ce qui donnera à l’entreprise un avantage concurrentiel par rapport aux entreprises qui souhaitent offrir des biens et services identiques ou similaires et une analyse du paysage concurrentiel. J’accorde une attention particulière à la question de savoir s’il existe une propriété intellectuelle de valeur, qu’il s’agisse de brevets, de marques de commerce, de droits d’auteur ou de secrets commerciaux, qui constituera une barrière à l’entrée pour les concurrents. De même, j’aime voir une discussion sur la propriété intellectuelle des concurrents les plus directs et sur la manière dont la nouvelle entreprise évitera d’y porter atteinte. — Scott Locke, associé et président du département de propriété intellectuelle de Dorf et Nelson LLP

Est-ce dans un marché en croissance ?

La clé de toute entreprise prospère est d’être une entreprise en croissance dans un marché en croissance. Un plan d’affaires doit expliquer comment les entrepreneurs entreront sur le marché, appliqueront leur investissement pour se préparer à croître rapidement et participer à l’expansion d’une industrie en plein essor, avec une trajectoire de croissance supérieure à la moyenne. Comme j’ai passé ma carrière à travailler pour des entreprises en hyper croissance sur des marchés en pleine expansion, fondateur de plusieurs petites entreprises et professeur adjoint d’un cours sur l’entrepreneuriat, cela a été le dénominateur commun. — Walter Recher, PDG de Marketing des petites balles

[Guide to Creating a Business Plan With Template]

Les clients paieront-ils ?

Lorsque j’examine les plans d’affaires, je veux toujours savoir comment les propriétaires prévoient d’amener les clients payants à s’engager à un prix et une quantité qui leur permettent, en tant que propriétaires, d’être en affaires et de subvenir à leurs besoins. Ma question fréquemment posée est la suivante : « comment prévoyez-vous de vous nourrir et de vous vêtir et où prévoyez-vous de dormir pendant que vous lancez cette entreprise ? » J’espère que cela incitera les étudiants à se demander pourquoi ils envisagent de prendre les risques de l’entrepreneuriat. — Andi Gray, PDG de Responsables de la stratégie

Comment l’entreprise sera-t-elle dotée de personnel?

Dans chaque plan d’affaires, j’aime voir la reconnaissance de la nécessité de couvrir et de doter en personnel les parties production, vente et finance de l’entreprise. Les rôles doivent être établis pour l’entité comme si elle était mature et réussie. Plusieurs rôles doivent être attribués dans un premier temps si nécessaire, et remplis avec les bonnes personnes à mesure que l’entité se développe et que le moment est venu. J’aime voir ce type de processus de réflexion, car cela me montre qu’ils reconnaissent qu’ils ne seront pas capables de tout faire eux-mêmes et que le succès de l’entreprise repose sur la collaboration et la gestion. Cela montre également qu’ils reconnaissent leurs propres limites, leur capacité à se concentrer sur leurs forces et la nécessité de faire appel à d’autres qui savent ce qu’ils ne savent pas afin d’atteindre les objectifs qu’ils envisagent. — Larry Holfelder, PDG de Connect Mes conseillers

Le produit est-il innovant ?

L’idée du produit ou du service est-elle innovante, une invention unique ou le rêve est-il vraiment inspiré ? Par innovant, je veux comprendre si le plan d’affaires est centré sur une nouvelle tournure sur une technologie déjà existante ou sur des services fournis d’une manière nouvelle et convaincante ? Si inventive, l’idée peut-elle être protégée contre la concurrence nouvelle ou existante ? Enfin, l’équipe réunie est-elle un excellent groupe qui ne peut être empêché de réussir? Sont-ils une source d’inspiration pour moi, les uns pour les autres et leur marché ? Bien que cela soit très simple en résumé, la tâche d’évaluer selon les trois critères « I » est quelque chose qu’il faut être vigilant lors de la lecture de tout plan et de l’écoute de tout entrepreneur. — Irwin Glenn, directeur général, Vélocité des bénéfices

Les plans et les objectifs sont-ils réalistes ?

Je m’attends à ce qu’il s’agisse d’un plan d’affaires réaliste, pas d’une tarte dans le ciel. Je veux voir des attentes raisonnables. J’ai tendance à regarder plus du côté conservateur car je pense que c’est la voie la plus sûre. L’idée n’a pas à être raisonnable, le plan oui. L’idée peut être n’importe quoi. Je recherche toujours des projections sur ce que l’entreprise fera au cours de la première année, de la deuxième année, de la troisième année et de la quatrième année, montrant les ventes, les dépenses, les résultats nets au fur et à mesure que l’entreprise progresse. Ces hypothèses doivent être raisonnables. — Charles Nord, président et chef de la direction Chambre de commerce régionale du comté de Dutchess

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.